Le patrimoine cap d'aillois
Accessibles au public ou privées, nombreuses sont les villas cap d'ailloises à avoir accueilli des hôtes célèbres et qui représentent avec brio l'architecture Belle Epoque du début du XXème siècle. Elles contribuent ainsi à inscrire la ville au premier plan du patrimoine architectural de la Côte d'Azur. Cet inventaire ne saurait être exaustif, mais recense la plupart des villas remarquables, ainsi que d'autres monuments, à l'instar de l'Eglise Notre-Dame du Cap Fleuri construite au début du siècle précédent.


 
 

« Les Funambules »

Autrefois dite villa Gioia Mia, la villa Les Funambules fut  construite en 1904 pour Madame Mareus, rentière au Cap d’Ail, puis vendue vers 1911 à Sacha Guitry, auteur, qui la renomme Les Funambules. Le jardin, agrémenté de groupes d’arbres est clôturé par un mur de soutènement surmonté d’une balustrade. Un portail, aménagé au sud, permet un accès direct à la mer par un escalier isolé, droit.

« The Rock »

Propriété du Prince JL de FAUCIGNY-LUCINGE en 1950. Résidence de Monsieur SHLEE, cette villa avec piscine agrémentée d’un  pavillon couvert en terrasse, était fréquentée par Greta Garbo. Une porte discrète aménagée dans le mur de soutènement du jardin et un escalier isolé permettent l’accès direct à la mer.

 
 


« Capponcina »

La villa a  été construite en 1926 pour le capitaine Edouard MOLYNEUX. Vendue après la seconde Guerre Mondiale à Lord Beaverbrook, ancien Ministre de l’Armement, Diplomate et Directeur du journal londonien “ Daily Express” il fit construire un second pavillon de gardien...A de nombreuses reprises, il invita Winston Churchill. Le jardin en terrasses, agrémenté d’allées sinueuses et d’escaliers isolés, s’étend jusqu’à la mer. Il est compose d’un bois à l’ouest,  de massifs d’arbustes, de pelouses, d’un parterre en broderie à l’est, qui  témoignent d’un état antérieur. Un court de tennis est construit en bas de la parcelle.

« Mirasol »

Construite vers 1908 pour Gabrielle Reval écrivain féministe, une des fondatrices du prix Femina. La loggia à colonnes qui ouvre sur une triple baie en plein-cintre, l'échelonnement des terrasses bordées de balustrades avec groupes sculptés disposés aux angles rappellent la conception des villas italiennes. Mme Rouzeaud de la Chocolaterie, Marquise de Sévigné, y réside de nombreuses années. Son livre d’or rappelle les personnalités ayant séjournées, telles Gabrielle Reval, Emma Calvé, Arlette Dorgère, Marie Lecomte ou Joséphine Baker.

 
 

« Lumière »

Construite vers 1902 pour Auguste Lumière, elle faisait partie d’un ensemble de trois villas appartenant à la même famille dont subsiste encore la Villa Hélios.

« Château de l’Hermitage »

1894. Sir Edwards Malet, ancien ambassadeur d’Angleterre à Berlin, engage un architecte danois, Hans Georg Tersling, pour construire ce château. Un grand portail avec grille en fer forgé repoussé style Louis XV relie deux pavillons. Sur le Visitation book figurent les noms de la reine Victoria, venue en 1897 en compagnie de la princesse Béatrice, mais aussi ceux de l’impératrice Douairière de Russie, des rois Édouard VII et Léopold de Belgique, de l’impératrice Eugénie et du roi du Saxe.
 

 
 

« L’Eden Résidence, ex Hôtel Eden »

L'hôtel fut construit en 1892 dans un parc de 5 hectares pour Charles-Alfred-Léon Nicolle propriétaire en 1881 du journal Le Petit Niçois et promoteur du lotissement dans le quartier Mala. L’hôtel comprenait 150 chambres avec salles de bains. Le porche ouvrait sur un vestibule orné de colonnes ioniques, axé sur un escalier tournant symétrique, avec ascenseur. Le vestibule desservait des espaces hiérarchisés, séparés par des couloirs: restaurant, salle des enfants (à l’ouest), salon, salle de billard, bar (à l’est), salon de lecture, coiffeur, salle d’escrime, et pièces de réception ornées de peintures néo-pompéiennes. Les allées du parc sont agrémentées de barrières en faux bois et de faux rochers. L’hôtel fut agrandi vers 1910 d’une annexe rectangulaire de quatre étages avec terrasses et balcons. Actuellement l’intérieur est transformé en appartements, la construction extérieure a conservé son identité de l’époque.

 

« Résidence du Cap Fleuri »

Fin du XIXe siècle. L’ancien hôtel Sanitas est un grand immeuble avec fronton central assis sur une vaste terrasse. Ce premier nom lui est donné par son fondateur le Dr Onimus, qui y institue un établissement sanitaire aménagé pour l’électrothérapie, l’aérothérapie et l’hydrothérapie d’eau de mer et d’eau douce. Des personnalités éminentes y ont séjourné, notamment l’empereur Don Pedro du Brésil et M. Tirard, président du Conseil. La comtesse Vanden-Osten acquiert par la suite cet immeuble, dont elle fait une villa de plaisance, maintenant érigée en Maison de Retraite.
 

 
 

« Notre-Dame-Du-Cap-Fleuri »

1909. Construite sur un terrain offert par la famille Onimus, l’église paroissiale est inaugurée le 17 avril 1910 par Mgr Chapon, évêque de Nice. La nouvelle église reçoit le vocable de Notre-Dame du Cap-Fleuri, sous le patronage de saint Charles Borromée. L’abbé A. Sajot est nommé curé de cette nouvelle paroisse. Les cloches sont offertes par Zoé Bonthoux, à la suite d’un vœu. Les fonts baptismaux sont un don de la famille Decanale, le 15 mai 1910.
Vers le fond de l'Eglise, vous pouvez contempler le somptueux vitrail de l'Annonciation, réalisé par l'atelier de vitrail J.P Bellion à Castillon. De part et d'autre de ce vitrail, deux vitraux plus petits, traités de motifs géométriques à dominante bleu, à la gloire de Marie, reprennent les premières paroles de l'ange Gabriel "Ave Maria". Assurant la continuité entre le chœur et la nef, quatre vitraux, aux tons très lumineux et chauds, vous présentent groupés par deux, les quatre évangélistes et les quatre prophètes qui les préfigurent.

« Hôtel Radium »

Auguste Thomas, directeur de l’hôtel Eden et Président de la Société Immobilière de La Turbie fait construire en 1901 un immeuble par F. Medecin (Monaco) qui l'agrandit, et le transforme en hôtel restaurant vers 1911. Ensemble cédé en 1913 à son fils qui y ajoute des magasins. Il est revendu en 1923 à Paul Génal qui divise l'hôtel en appartements.
 

 
 

« Roc Fleury »

Villa d’inspiration italienne typique des années 1900. Propriété de la Marquise BUCCICO dans les années 1920, la villa appartient depuis 1921 à la famille COTTENOT où trois générations de médecins s’y sont succédé.
 

 

« Le Chien Bleu »

Fréquentée par Meredith BROWN (écrivain), Peggy JOYCE (actrice), les sœurs CARITA (esthéticienne de la rue Saint Honoré à Paris) 1898.

« Les Roses »

Construite vers 1910, présente un décor entièrement basé sur une iconographie végétale en rapport avec son patronyme.
 

 
 

« Castel Lina »

Maison dite villa Seguy, puis immeuble Castel Lina. Elle fut construite pour M. Seguy, rédacteur au journal le Figaro en 1882. La famille royale d’Angleterre y aurait séjourné au cours de l’année 1939.
 

« Papillon »

Construite en 1904 pour le docteur Gaston Raoul Paillote à Nogent-sur-Marne. Elle est couverte  par une terrasse couronnée par une balustrade.
 

 
 

"Mazarine"

Construite dans les premières années du XXe siècle.
 

« Les Roches »

1927. Propriété du comte d’Orgeix .1950, propriété de Mme Fernand Edmée CUMON ex-épouse de Jean Camille Comte OFFENBACH. Situé à la pointe du Cap Mala, la villa, d’inspiration classique, bénéficie d’une vue sur la mer exceptionnelle. Le jardin paysager, avec pelouse, arbres isolés et groupes d’arbres est agrémenté d’une piscine et d’un faux arc en ciment à l’antique qui ouvre sur la mer.
 

 
 

« Castel Mare »

1904. Le Prince de REUSS y a séjourné, cette villa est toujours la propriété de la famille de REUSS.
 

« Les Violettes »

Construite en 1905 pour Jeanne Jeanbernat (Paris). Cette villa offre un étagement, des volumes qui permettent de diversifier les espaces de repos et de plaisirs : terrasses abritées et ombragées, Tour Belvédère. A noter les décors polychromes en céramique vernissée à dominante turquoise, avec un logement de gardien pour Sir Wavell Wakefield.
 

 
 

« Les Mouettes »

Construite en 1905 pour Léonie Elizabeth Miroy (Paris) puis restaurée par le Docteur WALTER, style néo-bavarois. Le jardin en pente, avec escalier isolé est arboré de pins, de cyprès, de palmiers et de yuccas. Il est circonscrit par un mur de clôture couronné d’une balustrade et agrémenté d’un balcon dans lequel est aménagé un portail donnant accès direct à la mer.
 

« Paloma »

1903. Construite sur l’emplacement de l’ancienne usine électrique de l’hôtel Eden, ce bâtiment se singularise par sa tour d’angle couverte par un toit en  pavillon et par l’abondance du décor sculpté en frises. Le jardin agrémenté de pelouses et de massifs d’arbres a un accès direct à la mer par un escalier isolé, droit.
 

 

« La Colombe »

A appartenu à la princesse Aliatta de MONTERALE. L’accès à la mer se fait depuis l’étage de soubassement, par un escalier monumental en fer-à-cheval qui ouvre sur un ponton par une porte surmontée d’un fronton triangulaire. La parcelle est peuplée d’édicules antiquisants et d’inspiration Renaissance, avec un grand nombre de serliennes, qui forment une façade maritime bâtie en avant du chemin des douaniers. Décor: bustes d’homme antiquisants, bas-reliefs ornés de têtes.
 

 
 

« Patarin »

Construite vers 1920, présente au niveau de l’entablement une frise peinte qui imite un décor de mosaïque représentant des guirlandes de feuillages.
 

« Château de l'Hermitage »

1894. Sir Edwards Malet, ancien ambassadeur d’Angleterre à Berlin, engage un architecte danois, Hans Georg Tersling, pour construire ce château. Un grand portail avec grille en fer forgé repoussé style Louis XV relie deux pavillons. Sur le Visitation book figurent les noms de la reine Victoria, venue en 1897 en compagnie de la princesse Béatrice, mais aussi ceux de l’impératrice Douairière de Russie, des rois Édouard VII et Léopold de Belgique, de l’impératrice Eugénie et du roi du Saxe.
Naviguez plus facilement
Je m'inscris
Se souvenir de moi
Nos derniers articles
  • [Jeudi 11 Mai 2017] L'art Au Jardin

    Samedi 20 mai prochain, ne manquez pas la troisième édition de « L’Art au Jardin », qui se tiendra toute la journée au jardin des douaniers.
     
    Si vous...

  • [Mardi 25 Avril 2017] Les Soirées Sacha Guitry